Autarcirque

Autarcirque se rassemblait toutes les semaines au Complexe des Sciences afin de pratiquer jongleries et accrobaties ou pour bricoler du matériel de crique fait de matériaux recyclés.



CASA

Nouveau logo de CASA. Il s’agit d’un dessin et de lettres. Au centre se trouve un oiseau dessiné en noir et blanc, tenant dans son aile droite (à la gauche du dessin) une bombe sur laquelle est écrit la lettre A en blanc, dont les extrémités touchent au cercle blanc qui l’entoure. De la bombe sort un pissenlit dont les pétales sont jaunes. L’oiseau a une tête de squelette. À gauche de l’oiseau se trouve la lettre C. À droite du A il y a les lettres S et A, pour former le mot CASA avec la bombe au centre.Icône de CASA de forme carrée. À gauche, on retrouve un dessin en noir et blanc. Au premier plan se trouve une coquille d’escargot de laquelle sort la tête d’un canard. Au deuxième plan se trouve un corps humain à la tête de grenouille. À droit, il est écrit CASA en jaune-orange avec une écriture rappelant un pinceau. Juste en dessous est écrit “collectif antispéciste pour la solidarité animale” en noir et dans une calligraphie rappelant les dactylos. L’arrière-plan est gris, dans un léger dégradé de gauche à droite de pâle à foncé.Le Collectif Antispéciste pour la Solidarité Animale (CASA) se donne pour mission de favoriser la réflexion et l’action pour l’égalité animale dans une perspective multi-systémique fondée sur un idéal d’écologie et de justice sociale. L’antispécisme est une vision du monde basée sur l’autonomie, l’agentivité, le respect de la valeur intrinsèque et le droit fondamental d’exister de tous les individus.es possédant une existence psychologique subjective visant l’abolition des pratiques et institutions causant du tort aux animaux non-humains, pour la seule raison qu’ils ne sont pas humains. Nous dénonçons le double standard moral qui s’opère en fonction de l’appartenance d’espèce, fondé sur le mépris de ce que vivent les individus non-humains.

Dans notre lutte pour l’abolition des institutions spécistes, nous ne souhaitons pas tant mettre l’accent sur les pratiques de consommation individuelles que sur les responsabilités de la société dans son ensemble. Ce que nous faisons actuellement subir aux animaux non-humains ne relève ni du choix personnel, ni d’un “ordre naturel” des choses : l’exploitation de tout individu est un enjeu de société et la réponse à apporter doit être collective.

Nous refusons l’instrumentalisation, le mépris et l’invisibilisation des luttes humaines dans notre combat pour la prise en compte des intérêts des animaux non-humains. Nous souhaitons contribuer à l’avènement d’un mouvement de luttes progressistes solidaire et non-spéciste.

CASA se distingue de groupes tels que l’AVUQAM par son approche qui place les animaux résolument au point focal de sa réflexion et de son action. CASA se distingue par ailleurs du Comité de reconnaissance des droits des animaux par son approche multidisciplinaire et son engagement envers l’éducation populaire dans le domaine de l’antispécisme.

Nous avons décidé de fonder CASA pour répondre à un besoin d’implication communautaire et citoyenne pour les personnes étudiant à l’UQAM. En effet, avant la formation de CASA, il n’y avait pas, à l’UQAM, de groupe permettant aux personnes étudiantes qui n’ont pas de formation ou d’affinité pour le Droit, de s’impliquer pour la cause de la libération animale.

– Objectifs interpersonnels: adopter des croyances fondées sur l’égale dignité des humains et des êtres animaux et encourager le développement d’une attitude critique et une sensibilité aux enjeux de pouvoirs, d’oppressions, d’émancipations et de participations à la négociation sur le bien public.
– Objectifs personnels: valoriser et cultiver l’identité antispéciste.
– Objectifs relationnels: développer des réseaux de soutien social et créer des alliances avec les autres luttes de justice sociale.
– Objectifs publics: développer et diffuser la connaissance sur les mécanismes de maintien de l’oppression spéciste.

Toute personne intéressée par les enjeux d’égalité et de justice sociales au-delà du critère arbitraire de l’espèce est invitée à nous rejoindre.



CÉTACÉ

Collectif Étudiant en Transformation Alimentaire Communautaire et Écologique

Icône du CÉTACÉ. En haut, il est écrit CÉTACÉ. Un dessin en couleurs montre en dessous une baleine coiffée d’un chapeau de cuisinier. Dans sa nageoire droite, elle tient une cuillère de cuisine. La baleine est bleu foncé. Son ventre, le chapeau et la cuillère sont d’un blanc cassé. Tout en bas, il est écrit “Collectif Étudiant en Transformation Alimentaire Communautaire et Écologique”. L’arrière-plan est blanc.Le CÉTACÉ a pour mission de favoriser une alimentation locale et écologique saine, solidaire et juste et l'ouverture d'une cuisine collective à l'UQAM.

 

Sa mission:

  • Rendre possible l’accès à un espace adapté où cuisiner de façon autonome et sécuritaire à l’université.
  • Mettre en valeur les connaissances et compétences des étudiantes et étudiants sur la question de l'alimentation saine et abordable.
  • Améliorer la sécurité, l'autonomie et la santé alimentaire au sein de la communauté étudiante uqamienne.



Comité Anti-Capitaliste (CAC-UQAM)

Groupe visant à développer et à diffuser des idées anti-capitalistes, sous forme de cercles de lectures, de débats, de conférences ou encore en encourageant la participation lors d'événements en rupture avec la capitalisme.



Comité Cinéma documentaire engagé

Comité ayant pour mission de financer la production de documentaires étudiants en lien avec la mission du GRIP ainsi que de les promouvoir et les diffuser.



Comité Journal L'Intérêt Public

Tribune engagée du GRIP, créé à l'automne 2009 du désir des étudiant-e-s engagé-e-s des divers comités du GRIP de coucher sur papier leurs visions critiques, poétiques et révolutionnaires de plusieurs sujets d'intérêt public, le journal L'Intérêt Public regroupe des articles théoriques, pratiques ou même anecdotiques et d'opinion rédigés par autant de membres du GRIP que par des sympathisants aux problématiques étroitement liées aux activités du GRIP-UQAM.

Le comité travaille principalement sur la mise en page du journal et l'organisation de soirées thématiques (lancement-discussion) liées aux sujets abordés dans les pages de L'Intérêt Public.



Groupe d'achat bio

Vise à offrir aux étudiant-e-s de l'UQAM la possibilité de s'approvisionner en produits biologiques et naturels à moindre coûts, d'avoir accès à une grande diversité de produits transformés et non-transformés le tout ici même à l'UQAM.



La Riposte Féministe, collectif de luttes pour les autonomies corporelles

Bannière de la Riposte féministe, très colorée. À l’avant-plan vers la gauche se trouve un essaim de guêpes à têtes noires volant vers un immeuble plus loin à droite. Cet immeuble est vert avec des toits en pignons fuchsia, avec une grande tour centrale munie d’une horloge. On peut voir des nuages roses remplissant le ciel à droite de l’immeuble. Au-dessus de l’essaim d’abeilles est écrit “RIPOSTE FÉMINISTE” en fuchsia et “FEMINIST RESPONSE” en bleu, sur fond vert pâle. En arrière-plan derrière l’essaim se trouvent les silhouettes de gratte-ciels bleus à l’avant, puis mauves, fuchsias et rose plus en arrière.

Icône de la Riposte féministe de forme carrée. L’arrière-plan est majoritairement jaune et montre un coucher de soleil sur des silhouettes de dizaines de gratte-ciels. Le ciel est jaune, le soleil est blanc et les gratte-ciels sont rouges foncés à l’avant, puis orange et jaune-orange vers l’arrière. À l’avant-plan se trouve une guêpe jaune et noir en haut à gauche. En bas à droite est écrit en noir “LA RIPOSTE FÉMINISTE”, chacun des mots sur une nouvelle ligne, enligné à droite, remplissant ce coin.La Riposte Féministe, collectif de luttes pour les autonomies corporelles, vise à se baser sur le vécu des personnes et des communautés dans sa lutte contre les multiples formes d’oppression afin de créer des solidarités permettant l’auto-détermination et le développement d’un pouvoir d’agir individuel et collectif.

Notre mission est de créer des outils de luttes pour les autonomies corporelles, de deux manières :
– Ouvrir des espaces de prise de parole pour l’expression d’expériences particulières de l’oppression dans une perspective d’empowerment individuelle et collective.
– Discuter de l’idée des autonomies corporelles comme outil de lutte contre les diverses formes de domination dans une approche intersectionnelle.



Mad Pride/Fierté Folle

Icône de forme rectangulaire, sur fond noir, avec un signe d’infini (huit à l’horizontal) qui passe en dégradé à travers toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.Un comité par et pour les personnes neurodiverses et neuroatypiques.

L’écologie sociale devrait être festive et inclusive, pas capacitiste.